La psychothérapie des autistes adultes sans handicap intellectuel ni retard de langage : revue systématique et principes directeurs

Projet réalisé dans le cadre de la thèse du Mémoire de Maîtrise de Chloée Paquette Houde. Le projet a été débuté en septembre 2019.

Pour plus d'information: chloee.paquette.houde.cemtl@ssss.gouv.qc.ca

Résumé du projet

L’autisme est maintenant considéré comme un spectre, dont les caractéristiques définitoires peuvent être de très marquées à quasi invisibles. Les adultes sans déficience intellectuelle ni retard de langage se situent à l’extrême du continuum de sévérité du spectre autistique. Auparavant non diagnostiqués, ils sont de plus en plus nombreux à consulter en psychiatrie pour trouver des réponses à leur sentiment de différence. Avoir un trouble du spectre de l’autisme augmente les risques de souffrir d’un trouble dépressif ou d’un trouble anxieux. Or, les services de santé mentale ne sont pas adaptés et sont souvent peu formés pour desservir cette clientèle. Sinon, les personnes autisme sont référées vers les services de réadaptation (CRDI) ou les services d’éducation spécialisée. Ceux-ci ont principalement développé une expertise pour les personnes autistes peu ou non verbale ou avec également une déficience intellectuelle. Ainsi, les personnes autistes sans déficience intellectuelle ni retard de langage font face à une absence de service adapté à leur besoin. Il est urgent de développer des techniques ou approches psychothérapeutiques qui répondent à leurs besoins.

Pour ce faire, ce projet débutera par une revue de la littérature grise (guide de pratique, publication sous forme de livres, etc.) et par une revue systématique PRISMA de la littérature sur les approches psychothérapeutiques du trouble du spectre de l’autisme sans handicap intellectuel ou retard de langage. Une critique et des propositions d’approche psychothérapeutique ou d’adaptation de modèles déjà disponibles en seront dégagées.

L’élaboration d’une approche psychothérapeutique adaptée aux particularités des adultes autistes sans handicap intellectuel ni retard de langage permettra d’offrir des soins de santé mentale adéquats et de manière plus accessible à une clientèle pour qui il n’existe actuellement pas de services.

Équipe de recherche

  
Étudiante responsableChloée Paquette Houde, M.D., psychiatreUniversité de Montréal
SuperviseurLaurent Mottron, M.D., Ph. D.